Accueil ACTUALITES LOCALES BOUIRA : LA NEIGE, L’INVITE INCONTOURNABLE DE (...)
LOCALES

BOUIRA : LA NEIGE, L’INVITE INCONTOURNABLE DE YENNAYER

12/01 11h38

BOUIRA, - La chaîne montagneuse du Djurdjura et la station climatique de Tikjda, située au nord-est de Bouira, se sont recouvertes d’un épais manteau blanc suite aux importantes quantités de neige qui se sont abattues la veille de la fête de Yennayer 2967 (Yennayer), augurant d’une année pleine de promesses.

Outre le rituel du dîner familial traditionnel, où règne le couscous au poulet fermier, beaucoup de familles substituent de nouvelles formes festives moins casanières et toutes aussi conviviales. Certaines d’entre elles préfèrent à cette occasion pique-niquer sur le "tapis blanc" en haute altitude, une des "manières modernes" d’ouvrir grand la porte au nouvel an et glorifier l’universalité de la culture amazighe à travers l’évocation du berbère Shashnaq, fondateur de la 22ème dynastie égyptienne.

Etant le premier mois de l’année du calendrier berbère, Yennayer est aussi le symbole d’une saison hivernale rude marquée ssentiellement par de fortes pluies et surtout la neige. Celle-ci (la neige) vient ainsi ouvrir une année amazighe prometteuse et porteuse de biens pour les populations de Bouira mais aussi de toute l’Algérie.

La neige rend la joie aux habitants de la région

Depuis la première heure du matin, les habitants des régions environnantes comme Haizer, Bouira et El-Adjiba, ont découvert la blancheur éclatante de la neige qui recouvre toute la chaîne montagneuse de Djurdjura et de Tikjda, drainant ainsi une grande foule de visiteurs venue des différents coins de la wilaya voire des autres wilayas voisines.

Malgré le retard qu’elle a connue cette année, la neige a pu redonner de la joie aux populations locales ainsi que de la vie à toute la région après plusieurs mois d’attente et d’inquiétude affichée notamment par les agriculteurs de Bouira.

Le sourire est revenu sur les visages des citoyens de Bouira qui souhaitent que la poudreuse apporte beaucoup d’eau pour étancher leur soif et irriguer les champs agricoles.

"Enfin la neige est tombée, c’est très important et Dieu merci, c’est de bonne augure pour cette année, notamment pour l’agriculture, qui a besoin énormément d’eau", a indiqué à l’APS Mohamed, un quinquagénaire propriétaire d’une oliveraie à la Crête rouge (El-Adjiba). "La neige est un bon présage pour notre région", a-t-il dit tout joyeux.

Pour Mohamed "Yennayer sans la neige, n’est pas une fête", car, selon lui, le rite du nouvel an amazigh a une relation étroite et directe avec la neige et l’hiver en général. "A l’époque, nous n’avons jamais fêté le nouvel an berbère sans la neige, puisque déjà la fête coïncidait avec le 12 janvier, qui est un mois hivernal rude", a-t-il dit dans ce contexte.

Ces importantes chutes de neige sur le Djurdjura sont à l’origine d’un froid glacial régnant dans toute la région, et malgré cela les citoyens, notamment les jeunes des localités proches, ont commencé à affluer sur Tikjda pour admirer les beaux paysages que leur offre dame nature, et pratiquer du ski pour certains autres.

Des moments de détente pour les familles

Depuis mardi après-midi, de nombreuses familles accompagnées de leurs enfants, affluent sur les hauteurs du Djurdjura et de Tikjda pour profiter des premières chutes de neige qui ont recouvert toute la partie montagneuse nord de la wilaya de Bouira. Des véhicules immatriculés à Bouira, Béjaia, Alger et Boumerdes, empruntent la route nationale n° 33 pour rejoindre les hauteurs de Tikjda, où les lieux se sont parés d’un blanc immaculé.

A l’intérieur comme à l’extérieur du centre national de sport et de loisirs de Tikjda (CNSLT) l’ambiance est au rendez-vous. Dans les différents coins du site, les familles et leurs progénitures s’amusent à jouer dans la neige où cris et brouhaha des enfants remplissent les lieux.

Certaines familles préfèrent plutôt immortaliser ces moments de détente dans la neige, tandis que d’autres tentent de découvrir, en groupes, pour la première fois l’air pur de la station en visitant les différents endroits forestiers.

"Je n’ai jamais visité Tikjda. Cette année, j’ai décidé de venir pour découvrir la neige et la beauté de ce site qui me plait beaucoup", a dit Samir, un jeune de 27 ans venu de la wilaya de Boumerdes.

Quant aux habitués des lieux, ils se déplacent en groupes à travers les autres endroits de la station, notamment au chalet du kef perché sur les hauteurs du grand Djurdjura pour prendre des cafés ou pour déjeuner, alors que d’autres vont à la découverte des secrets que leur réserve la forêt de Tikjda, un bastion du singe magot.

Les chutes de neige sur les hauteurs du Djurdjura et de Tikjda ont coïncidé avec le week-end, ce qui drainera sans doute un nombre record de visiteurs, "d’ailleurs nos employés sont avisés pour organiser cet afflux", a expliqué à l’APS Mohamed Ameziane Belkacemi, chargé de la communication du CNSLT.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
VIDEO